Relashio


 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
Bienvenue sur Relashio
Nous vous souhaitons une bonne visite sur le forum. N'oubliez pas les Top-sites o/
Info: Les Jumeaux sont à limiter.
Info: Les Sang-pur de type "traitre à leur sang" sont désormais limités.
Si vous souhaitez un sang-pur, reportez-vous aux familles ou sur un personnage membre de la PBL.

Partagez
 

 Where my demons hide ϟ Timothy & Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Message(ϟϟ) Sujet: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyMar 15 Avr - 17:10

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Timothy & Jules



Je savais que j’étais en plein cauchemar et pourtant, je ne pouvais pas me réveiller. Ce n’était pas la première fois que cela se produisait et la sensation de panique était toujours identique, tout comme la scène. J’insultais quelqu’un en plein milieu d’un couloir. Sa poigne se refermait sur ma cravate, m’entraînant à sa suite dans une salle sombre. Je titubais sur quelques mètres, puis riait, dans un grincement légèrement hystérique qui m’était totalement étranger. Les paroles m’échappaient totalement, comme le visage de mon interlocuteur, restant dans le noir. Je savais juste qu’il s’agit d’un message de haine, de façon assez précise, aux vues des émotions qui me traversaient à ce moment-là. Je ne sortais pourtant jamais ma baguette, me contentant de provoquer, de défier ou de rabaisser, à moins que ce ne soit les trois en même temps. Et c’était à ce moment-là que tout basculait. Il y avait un flash, un mouvement en lisière de mon champ de vision, avant de ressentir une douleur fulgurante à l’épaule. Et c’était toujours à ce moment-là que je me réveillais.

Je m’assis immédiatement, le coeur battant la chamade. Je savais que je n’avais fait aucun bruit, étant donné que mes camarades de dortoir n’avaient pas bougé. De plus, j’en étais incapable. Les personnes qui m’avaient encadrées pendant ma désintox étaient étonnées du peu de sons que je produisais quand je n’allais pas bien ce qui, aux dires de mes parents, était une nouveauté. Passant mes mains sur mon front, j’en essuyais la sueur, tentant de me calmer. Certaines nuits, cela fonctionnait, et parfois, comme celle-ci, non. Relevant mes cheveux, je les attachai de façon lâche. Je ne voulais pas me rallonger, c’était au-dessus de mes forces. Si je procédais de la sorte, je retomberais dans ce cauchemar : c’était comme cela que cela fonctionnait, à chaque fois. Et je n’avais pas la force d’y retourner, car en me réveillant demain, je n’aurais que cela en tête : était-ce une simple projection de mon esprit ou un souvenir, ou juste un morceau de celui-ci ? Je n’en avais pas la moindre idée et ce genre de questionnement, de bon matin, m’assombrissait l’humeur pour la journée. Il fallait donc impérativement que je fasse autre chose et que je ne retombe surtout pas dans ce genre de pensées. Peindre ne m’aiderait pas, de toutes les manières, il me fallait … peut-être aller me promener. Le risque de me faire prendre était bien sûr, un obstacle qui risquait de me faire reculer. Je n’avais aucune envie d’attirer l’attention sur moi, sans compter qu’une quelconque expédition nocturne nécessiterait des vêtements. Fourrager dans mon étagère risquait de réveiller les autres demoiselles et je n’avais pas envie de partager ce moment avec qui que ce soit.

Résignée, je finis par sortir du cocon de ma couette, qui n’avait à ce moment-là rien de rassurant à mes yeux, étant plutôt assimilée à une camisole, encore humide de sueur. Je ne pris pas ma baguette, n’étant pas certaine d’en avoir besoin. Je projetais simplement de me pelotonner dans un fauteuil de la Salle Commune, m’imprégnant du lieu, rassurant, pour que la tension retombe graduellement. Je tentai de trouver mon pull mais n’y parvins pas et descendit donc telle quelle, en short et long débardeur un peu lâche. La porte ne fit aucun bruit, pas plus que les marche lorsque je quittai le dortoir des filles. Me mordant les lèvres, je me rendais compte que je ne me calmerais pas aussi aisément. Je n’en pouvais plus, de me trouver à cet endroit, sans savoir ce que j’y faisais, sans savoir qui j’affrontais, ni s’il s’agissait de quelque chose que j’avais réellement vécu ou non. Garder ma philosophie consistant à dire que je ne m’occupais plus du passé pour me concentrer sur le présent et l’avenir était difficile, pour ne pas dire carrément impossible. Ces questions étaient naturelles, on m’avait prévenu à ce sujet, mais elles me rendaient la vie difficile. Enjambant quelques objets dont je distinguais à peine les formes, je finis par atteindre le groupe de sièges près de la cheminée, qui s’était d’ailleurs éteinte. Je regrettais un instant de ne pas avoir pris ma baguette mais finis par me résigner, ne souhaitant pas remonter. Reculant, je me laissai tomber sur le canapé … ou du moins le crus-je jusqu’à ce que mon fessier ne rencontre des … cuisses ? Etouffant un petit glapissement, je me redressai aussitôt : Oh, pardon, je ne t’avais pas v… Et avec quelques pas en arrière, je me retrouvai bientôt à basculer contre la table basse que je n’avais pas vue, concentrée sur l’élève que je tentais d’identifier. Au temps pour la discrétion …
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyVen 18 Avr - 22:40

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

La soirée avait été longue et c'est à une heure bien tardive que le Rouge et Or était rentré dans sa Salle Commune. Entre les actions à prévoir en vue des recrutements de futurs membres pendant le Rush Week des Clubs et les premiers devoirs à rendre de l'année, il n'avait pas arrêté de la journée. C'est donc la tête grosse comme une pastèque qu'il s'était écroulé dans le premier canapé à sa portée, n'ayant même pas la force de monter se changer et se mettre au lit convenablement. Cela n'avait cependant pas étonné grand monde de ne pas le voir remonter, étant habitués à le voir souvent découcher, généralement car il bossait tard. Il lui arrivait souvent de passer des nuits entières sur certains projets, personne ne s'était donc inquiété ni n'était venu le chercher. Oui, Timothy était un bosseur et c'était sûrement un de ses traits de caractère les plus affirmés. Il savait que pour obtenir ce qu'on voulait, dans la vie, il fallait y mettre du sien et c'était bien ce à quoi il s'employait chaque jour en travaillant si dur. Pour lui, tout était un prétexte pour donner le meilleur de lui même : d'abord l'ABSU, mais aussi le MM1, et surtout, sa thèse, commencée cette année et sur laquelle il se donnait déjà à fond, cette dernière étant nouveau leit-motiv pour atteindre un jour son rêve d'une carrière prestigieuse dans les hautes sphères du Ministère de la Magie. Mais revenons-en à nos moutons - que le jeune Cavendish n'avait même pas eu besoin de compter...

Il s'était endormi quasi-instantanément et y aurait sûrement fini sa nuit si il n'avait pas senti un poids inhabituels sur ses jambes. Timothy se redressa aussitôt, réveillé en sursaut. Encore embrumé par le sommeil, il entendit cependant quelqu'un dire « Oh, pardon, je ne t’avais pas v… » tout en distinguant une silhouette dans la pénombre à ses côtés, en train de basculer en avant. Par pur réflexe, il tendit le bras, crochetant la personne par la hanche, manquant de basculer avec elle et de tomber du canapé sous l'effet de son poids (non pas qu'elle soit grosse mais avec le mouvement en avant, vous savez... les lois de la physique, tout ça tout ça). Il réussit cependant à exercer une pression assez forte pour ne pas se retrouver à rouler au sol avec cette inconnue maladroite et la ramena vers lui. S'étant acquitté de sa mission et ayant empêché un drame, il s'autorisa à se recoucher prestement, encore somnolent. S'arrachant à un long bâillement, il tâcha de reprendre ses esprits, se frottant les yeux de sa main libre pour marmonner dans sa barbe : « T'as les os du cul pointus tu l'sais ça ? » Oui, Tim avait cette fâcheuse tendance à être un peu direct, parfois ; un côté de sa personnalité qu'il tentait de gommer un peu en se maîtrisant davantage mais qui, avec les affres du sommeil, restait saillant. Il émit un léger grognement. Il ignorait l'heure qu'il était mais son corps lui criait qu'il n'avait que peu dormi. Deux ou trois heures tout au plus, et encore. Prenant une grande respiration, il s'étira longuement pour se tourner vers la personne, cherchant à entrevoir son visage dans la pénombre, ses yeux commençant légèrement à s'acclimater malgré la lourdeur de ses paupières. La vue d'en dessous n'était toutefois pas forcément la plus flatteuse. Au bout d'un moment, il se hasarda tout de même à demander, quoi que d'un ton un peu incertain, sourcils froncés : « Jules, c'est toi ? » Il n'était sûr de rien. Après tout, il faisait très sombre et il ne distinguait pas bien son visage. S'il avait cru reconnaître sa voix, il n'était pas sûr non plus de l'avoir réellement entendu, car cela pouvait très bien provenir du rêve d'où sa chute sur lui l'avait tiré... Enfin, n'allez pas non plus vous imaginez qu'il rêvait d'elle toutes les nuits, non plus, hein, c'était une simple supposition. Rien de plus, rien de moins.

Un peu plus alerte, Timothy se redressa pour pivoter en position assise. Ébouriffant sa tignasse, il  bailla de nouveau avant de secouer la tête pour chasser les restes de sommeil, défroissant machinalement son jean puis tee shirt avec ses mains bien que cela n'avait pas grand effet. Il ne devait pas avoir l'air très présentable, là de suite. Non pas qu'il en faisait grand cas, mais bon, il avait une réputation à tenir, il paraît. Farfouillant ses poches à la recherche de sa baguette pour rallumer le feu qui s'était éteint dans l'âtre, il étouffa un juron dans sa barbe en ne la trouvant pas et se retourna prestement pour la chercher, palpant tout autour de lui tout en maudissant l'univers tout entier. « Bordel, où elle est passée cette foutue baguette... Eh, dis, tu veux bien m'aider au lieu de rester là à me regarder ? Quatre mains valent mieux que deux, comme on dit... » Oui, bon, c'était peut être pas tout à fait ça, en vrai, mais bon, ça se prêtait bien à la situation, c'était le principal.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyJeu 1 Mai - 15:21

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Ce fut quasiment résignée que je me sentis basculer, ne faisait rien pour retarder l’inévitable. Ce ne serait pas l’expérience la plus traumatisante de cette nuit et peut-être le choc me permettrait-il de me réveiller tout à fait et d’éloigner les souvenirs de ce cauchemar qui m’assaillaient sans discontinuer. Je me préparai donc mentalement à l’impact quand une main me retint, puissante et douce à la fois (*soupir de pucelles en manque de Twilight*). Je crus pendant quelques secondes entraîner mon sauveur dans ma chute mais il n’en fut rien. Nous parvînmes à nous stabiliser, même si la totalité de l’effort était attribuable à la personne venant de me tirer de ce mauvais pas. Battant des cils, je tâchai de reprendre contenance, notant que l’obscurité était la bienvenue pour me dérober au regard de la personne en face de moi, cachant ma mine affreuse, mes traits tirés et mon air sans doute hagard. T'as les os du cul pointus tu l'sais ça ? Cette assertion me fit sortir de ma torpeur. Ce ne fut pas tant le contenu du message qui me frappa que son destinateur. J’étais tombée, au sens propre du terme, sur Tim. Mon pouls ralentit immédiatement et je fermai les yeux quelques secondes pour savourer cette sensation d’apaisement. Il avait cet effet sur moi sans que je sache comment ou pourquoi et je ne cherchais d’ailleurs pas à le savoir. La chance était avec moi et l’avait mis sur mon chemin juste à ce moment précis ou j’avais besoin de calme. Sa réflexion passa d’ailleurs au second plan, comme malheureusement la plupart des choses que me disaient les gens.

Je l’entendais bouger et me rendis compte que je n’avais pas prononcé une seule parole depuis que je l’avais dérangé, pas même pour lui présenter mes excuses. Il me devança cependant une fois de plus. Jules, c'est toi ? Désolée Tim. Et merci. C’était léger et c’était maladroit, ce qui était dorénavant mon quotidien. Je le vis s’asseoir, mes yeux s’étant accoutumés au manque de lumière puis fourrager ses poches avant d’inspecter le canapé. Bordel, où elle est passée cette foutue baguette... Eh, dis, tu veux bien m'aider au lieu de rester là à me regarder ? Quatre mains valent mieux que deux, comme on dit... Je ne connaissais pas cette expression, glissais-je gentiment tout en m’accroupissant. S’il s’occupait du sofa, mieux valait que je regarde ailleurs et il était fort probable qu’allongé comme il l’était, sa baguette soit sortie de sa poche, soit tombée, ait roulé et … Mes doigts butèrent effectivement contre un objet dur qui roula sous le choc. Prestement, j’étirai la main tout en l’informant de ma trouvaille : Je l’ai. Elle avait roulé sous le canapé. Me redressant, de la rendis à son propriétaire légitime et me décalai pour le laisser officier, me posant sur le canapé à côté de lui. Je ne m’autorisais pas ce genre de proximité avec les autres, aussi insignifiante soit-elle. Mais c’était différent avec Tim, même si une part de moi me hurlait toujours d’être prudente.

Ramenant mes genoux à moi, je les enveloppai de mes bras avant de poser mon menton dessus. Désolée de t’avoir réveillé. Mais peut-être que cela valait mieux. Ton lit doit être plus confortable que le canapé, non ? Surtout que je venais de me rendre compte qu’il devait y avoir quelque chose de coincé sous le coussin sur lequel j’étais assise, et remuai doucement pour en extraire un livre. Je me penchai pour le poser sur la table basse avant de me tourner vers mon camarade Rouge et Or : Un de tes colocataires ronfle à ce point ? Je tentai de plaisanter, continuant à chasser cette chape de plomb qui s’était abattue sur mes épaules cette nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyJeu 22 Mai - 15:12

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Cette tendance que sa langue avait à se délier sans vergogne pouvait en surprendre certains. C'était comme s'il ne pouvait pas s'en empêcher. Quand il était en confiance avec quelqu'un, c'était encore pire, il n'y avait plus de barrière, plus rien... Face à Jules, il aurait donc pu être étonnant de le voir aussi relax, mais si on prenait en compte le fait qu'il venait de se réveiller et que sa relation à la jeune femme avait changé du tout au tout depuis son amnésie, ce n'était plus si bizarre. Sa confiance était toutefois dure à gagner, c'est pourquoi ils n'étaient pas non plus devenus les meilleurs amis du monde. Elle était également facile à perdre ; et certains, comme Lucy Hornes, en avait fait les frais dernièrement. On pouvait d'ailleurs noter avec ironie que la personne qui avait été sa plus proche amie était aujourd'hui presque une étrangère à ses yeux, tandis que celle qu'il détestait de tout son être était aujourd'hui devenue une très bonne amie... Le karma avait un sens de l'humour bien particulier.

Les membres ankylosés, Tim fit craquer ses articulations une par une. Il avait dû prendre une mauvaise position en dormant car il se sentait tout courbaturé, comme après un éprouvant entraînement de Quidditch. Cependant, comme il ne faisait plus parti des titulaires, il était plutôt tranquille de ce côté là... La faute était donc à imputer à sa couchette de fortune. Se massant la nuque, il prononça calmement un "lumos", éclairant faiblement leurs visages, avant de pointer sa baguette vers l'âtre où quelques braises crépiter en sifflant et de le raviver. Voilà qui leur fournirait un peu plus de lumière, et une atmosphère moins lugubre. Assise à côté de lui, Jules se décida finalement à prendre la parole, Timothy étant toujours occupé à faire de petits étirements en grimaçant. « Désolée de t’avoir réveillé. Mais peut-être que cela valait mieux. Ton lit doit être plus confortable que le canapé, non ? » « Ah ça... Y'a pas photo. » Répondit-il aussitôt dans un grognement, ses épaules lui faisant un mal de chien. Voyant qu'elle remuait, Tim l'observa du coin de l'oeil sans un mot, un léger sourire en coin, avant de la voir brandir un livre et le poser sur la table. Il reconnut l'ouvrage de Sociologie magique sur lequel il se cassait les dents depuis quelques jours et se demanda comment il était arrivé là... Un mystère qu'il se targuerait de résoudre à un autre moment. « Un de tes colocataires ronfle à ce point ? » Le Rouge et or étouffa un bâillement avant de répondre, dans un soupir las : « Dans l'état et à l'heure où je suis rentré, les marches du dortoir ne me disaient rien qu'y vaille. En plus, il paraît qu'elles changent de taille pour ennuyer les veilleurs, c'est Drew qui me l'a dit. Je sais pas si c'est pas vrai mais je me garderais bien de vérifier. Je ne tiens pas à me casser une jambe. »

Tim se tourna légèrement vers l'ancienne vert et argent pour la regarder un instant. Elle semblait un peu plus pâle que d'ordinaire, malgré que le reflet orangé de la lumière émise par la cheminée ne permettait pas de l'affirmer réellement. Peut être était simplement à cause du froid... Peut être pas. Ramenant une jambe pour la coincer sous l'autre, il prononça alors tranquillement : « Et toi, qu'est-ce qui t'amène ? » Il dévia ensuite ses yeux clairs vers les flammes, diffusant peu à peu leur douce chaleur dans la pièce. Avec une expression amusée, il ajouta prestement : « J'espère que tu ne m'as entendu ronfler, j'en serais mortifié. » Il eut un sourire goguenard avant de lui donner un petit coup d'épaule amical. Vu l'épaisseur des murs, ce n'était pas crédible une seconde, mais il avait cherché à détendre l'atmosphère... Passant ensuite son bras par dessus le dossier, il se tourna complètement vers elle pour lui faire face. Il posa ensuite sa main sur la sienne, posée près de son flanc, pour compléter avec une délicatesse qui tranchait avec son attitude toujours assez impulsive et bourrue. « Si jamais tu as besoin de parler... Ou juste d'une présence... » Il haussa les épaules. Ce genre de propositions n'était pas son fort, mais il avait voulu essayer quand même. Après quoi, elle pouvait en faire ce qu'elle voulait, même l'envoyer bouler ! Il ne le prendrait pas mal, il n'était pas du genre à se vexer pour si peu et était bien conscient de ne pas avoir le profil "type" du mec à qui on a envie de se confier. Au fond, il n'était d'ailleurs pas forcément le mieux placé pour l'aider, si on y réfléchissait, surtout vu leur relation tumultueuse passée... Enfin, tout du moins le pensait-il.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyMar 27 Mai - 16:13

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Un peu de lumière contribua à me ramener encore un peu plus à la réalité. Tim et moi étayons seuls, au beau milieu de la nuit, dans la Salle Commune. Je n’étais pas retournée dans mon lit et je ne rêvais pas. Je pouvais me tranquilliser. La douceur chaleur qui émana rapidement de la cheminée après que le jeune homme l’ait allumée me réconforta encore un peu. Il ne faisait pas particulièrement froid, mais ce n’était pas de chaleur « physique » donc j’avais besoin, ou en tous cas pas au sens scientifique du terme. Je voulais un moment de calme et de douceur avant de retourner entre mes draps sans avoir l’impression d’être seule, perdue et terrifiée  et d’avoir à affronter mes démons intérieurs sans la moindre arme. Et j’étais certaine d’avoir ce que je voulais en cet instant. Il me suffisait de discuter un peu avec lui et tout rentrait dans l’ordre momentanément. Ah ça... Y'a pas photo. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres alors que je le regardais grimacer. C’était ça de s’endormir n’importe où, n’importe quand. Je ne voyais pas ce qui avait pu l’empêcher d’aller jusqu’au dortoir, ce n’était tout de même pas si loin et cela ne valait pas le coup de se retrouver dans cet état. Même si je me disais que si je m’étais endormie ici, peut-être n’aurais-je pas eu à me réveiller seule, en me débattant dans mon lit. Mais c’était un tout autre débat. Dans l'état et à l'heure où je suis rentré, les marches du dortoir ne me disaient rien qu'y vaille. En plus, il paraît qu'elles changent de taille pour ennuyer les veilleurs, c'est Drew qui me l'a dit. Je sais pas si c'est pas vrai mais je me garderais bien de vérifier. Je ne tiens pas à me casser une jambe. Vraiment ? Je pense qu’il voulait juste voir ta tête après une nuit sur le canapé, je n’ai jamais entendu parler de ça. Il était cependant vrai que, n’ayant pas de souvenirs remontant à plus d’un an et quatre mois et n’étant Gryffondor que depuis ce même laps de temps, je n’étais pas la personne la plus indiquée pour avoir ce genre de détails en tête. Mais passons.

Battant des paupières, je tournai les yeux vers le feu, persuadée que le mouvement des flammes allait achever de m’apaiser. Et toi, qu'est-ce qui t'amène ? Le coin de mes lèvres se releva légèrement et je cherchais comment commencer quand il me coupa :J'espère que tu ne m'as entendu ronfler, j'en serais mortifié. J’étouffai un léger rire avant de me retourner vers lui, lui lançant un regard pénétrant. Eh bien … maintenant que tu en parles … Je me mordis la lèvre : Personne n’est parfait : tu ronfles à en faire trembler les murs et j’ai les os du cul pointus. Nous étions quittes, en quelque sorte. Et j’aurais sans doute continué à dire des bêtises s’il ne s’était pas mis en face de moi, sa main se posant avec douceur sur la mienne. Ce contact me surprit et me fit trembler doucement, quelques instants. Je n’étais pas (plus ?) tactile, sauf avec lui, de temps en temps et quand il le tolérait. Et la plupart du temps je me contentais de tirer sur les manches de son pull. C’était donc inédit et cela me surprenait. Mais pas de façon désagréable. Si jamais tu as besoin de parler... Ou juste d'une présence... Je pinçai les lèvres doucement, alors que les sensations du rêve m’assaillaient de nouveau. Mon pouls s’accéléra et finalement, mes doigts vinrent crocheter la main de Tim. Je luttai contre l’envie de me blottir contre lui, comme je le pouvais. Mais je n’étais pas sûre de pouvoir me retenir longtemps. J’ai fait un cauchemar. Un de plus. Le flot de haine me submergea de nouveau et je me concentrai pour ne pas paniquer. Le souvenir de la douleur que j’avais éprouvée à l’épaule me revint et je murmurai : J’étais avec quelqu’un, je ne sais pas qui. On se disputait, violemment et on en venait aux mains. Etait-ce un souvenir, un de ceux qui m’échappaient ? Je n’en avais pas la moindre idée, mais c’était suffisant pour me mettre mal à l’aise. Tremblant, je ne parvenais pas à repousser la vague de panique qui s’abattait à nouveau sur moi. Et cela n’arrangeait pas la pâleur de mon teint.


Dernière édition par Jules T. O'Connor le Lun 16 Juin - 21:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyLun 16 Juin - 1:59

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Trouver le jeune Cavendish endormi n'importe où n'était pas si bizarre que ça. Il lui arrivait souvent de ne pas dormir dans son dortoir et plus personne ne s'en inquiétait, sachant qu'il avait dû, comme d'habitude, travailler tard, oublier l'heure et, s'étant comme toujours tué à la tâche, finir par se laisser envahir par le sommeil. Il n'était pas rare de le quitter à un endroit et de l'y retrouver au matin à la même place... La trace d'un livre ayant servi d'oreiller barrant sa joue. Jules était cependant dubitative devant ses explications, elle qui ne le connaissait au fond pas depuis si longtemps compte tenu de son amnésie, même si ils étaient devenus proches au cours de l'année. Justifier sa présence par la crainte que les marches du dortoir soient farceuses ne la satisfaisait manifestement pas... Pourtant, les escaliers des étages étaient bien réputés pour être capricieux alors, pourquoi pas aussi ceux menant aux dortoirs ? C'était bien la raison qui avait fait douter le Rouge et or... Bien que la réponse de Jules le fit se sentir stupide.

« Vraiment ? Je pense qu’il voulait juste voir ta tête après une nuit sur le canapé, je n’ai jamais entendu parler de ça. » Timothy ouvrit de grands yeux face aux allégations de Jules à propos de la sincérité de Drew. Maintenant qu'elle le disait... C'était bien son genre. Après un léger temps d'arrêt, il se frappa le front du plat de la main, avant de se mettre à jurer. « Merde, l'enfoiré ! Il me le payera ce fils de scrout à pétard croisé avec un lama unijambiste ! » Grogna-t-il avec verve, avant de se calmer presque aussitôt pour se recentrer sur la jeune femme plutôt que ses griefs personnels. Son attitude n'était pas digne. Il règlerait son compte à Montgomery plus tard pour l'avoir fait passer pour un idiot. Certes, c'était une simple blague plutôt bon enfant, mais Timothy avait tendance à ne pas trop plaisanter ces derniers temps... et comptait bien préparer une petite vengeance de son cru. Mais passons.

Connaître la raison de la présence de Jules ici à cette heure était, pour le moment, sa seule préoccupation valable. Il l'écouta donc avec attention lorsqu'elle répondit à sa demande sur le même ton que le sien, c'est à dire avec humour : « Eh bien … maintenant que tu en parles Personne n’est parfait : tu ronfles à en faire trembler les murs et j’ai les os du cul pointus. » Il se fendit d'un grand sourire avant de reprendre son sérieux. Il sentait bien que malgré la douceur de sa voix et qu'elle rentrait manifestement dans son jeu, il n'en était au fond rien. Cela ne faisait que masquer un malaise qu'il souhaitait comprendre... Si ce n'était faire disparaître. Il lui avait donc machinalement attrapé la main, dans un élan qu'il ne s'expliquait pas bien, pas forcément tactile qu'il était. C'était un geste tout ce qu'il y avait de plus irréfléchi, comme beaucoup de choses qu'il se passait en présence de la nouvellement rouge... Quand il songeait qu'à une époque il ne pouvait pas l'approcher à moins de quinze mètres sans que les poils de sa nuque ne se hérissent. Aujourd'hui, cela le faisait presque rire rien que d'y penser. Mais comme la situation ne se prêtait pas à sourire, il garda une expression neutre tout en l'écoutant parler. « J’ai fait un cauchemar. Un de plus. » Les doigts de Tim resserrèrent machinalement leur étreinte, l'encourageant à continuer. « J'étais avec quelqu’un, je ne sais pas qui. On se disputait, violemment et on en venait aux mains. » Un noeud commença à se former dans l'estomac du Rouge et or qui se faisait violence pour ne rien laisser paraître. Se pouvait-il que...?

Sentant qu'elle tremblait, il passa son bras libre autour de ses épaules, l'invitant sans un mot à venir contre lui si elle le désirait. Il tâchait de rester calme, d'empêcher ses rythmes cardiaque et respiratoire d'augmenter. Il pouvait s'agir de beaucoup de choses. De tellement de personnes... « Et cette personne... vous vous disputiez à propos de quoi ? » Articula-t-il finalement d'une voix un peu rauque. Il attendit ensuite sa réponse, priant intérieurement. Pitié, ne dis pas la pureté du sang. En somme, et c'était terriblement égoïste, il priait le ciel pour qu'elle continue d'oublier... Qu'elle ne se souvienne jamais de combien, autrefois, elle avait pu le détester.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyLun 16 Juin - 23:00

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Merde, l'enfoiré ! Il me le payera ce fils de scrout à pétard croisé avec un lama unijambiste ! L’expression du visage de Tim combinée à son exclamation me fit éclater de rire, au mépris du risque de perturber le sommeil de mes camarades. C’était exactement ce qu’il me fallait, tomber sur le Gryffondor à ce moment précis. Parfois, des doutes me prenaient quant à ses intentions, savoir si oui ou non il jouait un double-jeu avec moi, mais la plupart du temps je m’en moquais. Il m’aidait, à sa façon, et si je ne savais pas si je pouvais lui faire totalement confiance, ce n’était pas un drame. Je n’avais que peu de certitudes dans cette « nouvelle vie », et l’une de celles-ci était qu’il m’aidait à aller mieux. Et son attitude en ce moment précis me le prouvait une fois de plus. Je pouvais penser à autre chose sans arrière-pensée. C’était tellement facile, de se glisser dans la peau de cette étudiante de Gryffondor insouciante, facile à vivre. Cela n’arrivait que quand nous étions seuls, cela allait sans dire, le regard des autres et les rumeurs ainsi que mes propres pensées se rappelaient, en d’autres circonstances, plutôt rapidement à moi, malheureusement. C’était une raison supplémentaire pour tenter de faire durer un peu l’instant, savourant le simple fait de rire avec lui. J’aurais donné cher pour voir la tête de Drew le lendemain et espérais vraiment pouvoir assister à la scène en question. Il m’attendrait sans doute … ou le ferai au petit-déjeuner, tout du moins, pour qu’il y ait suffisamment de public. Quoiqu’il n’apprécierait peut-être pas avouer devant témoins qu’il était tombé dans le piège de Montgomery. Ce n’était pas tellement important. Ce qui l’était était ce moment.

L’hilarité et la légèreté ne durèrent cependant malheureusement pas. Il avait noté mon teint pâle, ce qui n’était pas difficile, maintenant que la lumière était revenue. Même faible, la luminosité ne pouvait rien dissimuler de mes traits, que je sentais tirés par la fatigue et l’émotion. Mais le contact de ses doigts m’apaisait lentement. Il était là, il réagissait, assurant sa prise sur mes mains quand je lui dévoilais ce qui me tracassait. Il ne posait pas trop de questions, il me laissait parler et ça, ça comptait énormément pour là. Il était présent, mais pas envahissant. Juste à l’écoute, sans être en demande. Dans ces moments-là, il était parfait et c’était tout ce que je demandais. Je tremblais de plus en plus et lui fus reconnaissante quand il passa un bras autour de mes épaules. Sans me faire prier, je pivotais pour venir me blottir contre lui, mon dos contre son torse, au chaud, en sécurité. Instinctivement, j’attrapais la manche du pull de son autre bras et commençai à jouer avec le bas, le regard perdu dans l’âtre, cherchant de l’apaisement dans les battements de son coeur, contre mon omoplate. Et cette personne... vous vous disputiez à propos de quoi ? Un soupir m’échappa, frustré, alors que je revivais la scène, dans les flammes mouvantes. Je n’en sais rien, admis-je rapidement, complètement ailleurs. Ma respiration s’était accélérée. Je sais seulement que je le haïssais, et que c’était réciproque. C’était violent. Et c’était le moins que l’on pouvait dire. Je n’avais pu capter le moindre mot, mais ce n’était pas ça le pire. Le pire était ces sensations qui m’avaient envahies, comme si elles étaient réellement les miennes. J’ai même eu mal à l’épaule, qui continuait d’ailleurs à me lancer, comme si … Comme si j’avais revécu la scène pendant laquelle je m’étais fait cette cicatrice. Mais c’était stupide. Je ne me rappelais pas la moindre bribe de mon passé la journée, ce n’était sans doute pas la nuit que cela allait me revenir. Je secouai la tête, chassant cette pensée stupide. Je ne sais pas. Je me doute que mon esprit me joue des tours et essaye de compenser ce que j’ai perdu mais … ça semblait tellement réel… Comme un film, tellement clair sur les sensations, tellement flou cependant sur le reste … Complètement perdue, j’étais ailleurs et pourtant bien appuyée contre Tim, mon seul point d’ancrage dans la réalité en cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyMar 17 Juin - 13:15

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Ce n'était pas dans le caractère du jeune homme de s’apitoyer. Il n'était clairement pas le genre de personne qui allait vous regarder avec compassion parce que vous aviez un passé difficile, ni vous dire d'une voix mielleuse "oh, mon pauvre chou, comme je comprends", ni sécher vos larmes contre sa chemise en vous caressant les cheveux et en vous tapotant le dos. Non, ce n'était pas dans son mode de fonctionnement. Rares étaient les personnes qui bénéficiaient de son soutien, mais quand elles y avaient accès, ce dernier était indéfectible. Son comportement avec Jules était donc surprenant... Différent. Il n'était pas facile de mettre un mot pour qualifier cette relation étrange qui s'était établie entre les deux Rouge et or qui, il y a un peu plus d'un an, se seraient étripés sur place sans le moindre remord. N'importe qui voyant la scène qui se jouait à présent dans cette salle commune l'aurait trouvée improbable. Timothy Cavendish enlaçant Jules O'Connor, c'était un peu comme voir Vladimir Poutine sur un char de la Gay Pride. Vous voyez le genre, quoi.

L'attitude du Rouge et or était passée d'attentionnée à plus de réserve lorsque Jules avait commencé à décrire ce qui l'avait tiré de son sommeil. Une scène de cauchemar qui n'était pas sans rappeler à Timothy certains souvenirs que, lui, conservait encore. Un moment très précis où leurs deux existences s'étaient croisées lui revenait en mémoire alors que Jules exposait, bien que vaguement, les sensations qu'elle avait eues dans son rêve. « Je n’en sais rien, je sais seulement que je le haïssais, et que c’était réciproque. C’était violent. » Timothy sentit quelque chose se briser dans ses entrailles, mais encaissa le choc. Fébrilement, elle finit de concrétiser en paroles les craintes du Gryffondor qui avait fermé un instant les yeux, retenant son souffle. « J’ai même eu mal à l’épaule, comme si … Je ne sais pas. Je me doute que mon esprit me joue des tours et essaye de compenser ce que j’ai perdu mais … ça semblait tellement réel… » Machinalement, il avait retiré sa main de la sienne pour venir effleurer son épaule, et cessa aussitôt son geste pour le muer en un autre quand il le réalisa. Ses doigts vinrent donc replacer anxieusement quelques mèches brunes derrière l'oreille de la jeune femme, geste aussi inutile qu'inattendu, vaine tentative pour se ressaisir. Il déglutit avant de résister à l'envie de revenir poser sa main sur son bras pour simplement la laisser reposer à côté d'elle, sur le canapé. Il craignait que sa paume soit moite. Il ne se sentait plus pleinement en possession de ses moyens, et cela le dérangeait fortement.

Quand soudain, quand il pensait que cela ne pourrait pas être pire, il sentit un éclair le traverser. Il s'était raidit au contact de ses doigts, qui par inadvertance sûrement, avait caressé son poignet. Une longue estafilade barrait sa paume, descendant jusqu'à ce dernier... Et il la devait à cette journée précise qu'elle tentait de décrire. Une bagarre effroyable entre l'ancienne Jules et lui. Des cris avaient été échangés, de la haine déversée. Jusqu'au moment où elle lui avait jeté un sort, visant sa tête, qu'il avait esquivé de justesse, n'ayant dû son salut qu'à ses réflexions d'ancien gardien de l'équipe de Quidditch de sa maison. Il ne se souvenait pas vraiment avoir saisi le vase. Il se rappelait plus de la fureur incontrôlable qui l'avait saisi, et puis ... Le coup était parti, pour ainsi dire. Le récipient avait éclaté contre la peau diaphane de la Vert et argent, se maculant de rouge, mêlant son propre sang à celui de Timothy dont la main avait été entaillée dans le processus. Il s'était figé, elle s'était enfuie en lui hurlant qu'il le lui payerait très cher. Il avait entouré sa main dans sa cravate et ne se souvenait même plus qui ni comment il avait été soigné. Il se rappelait juste cette vive envie meurtrière qui l'avait empli tout entier, et qui avait conduit au drame. Cela aurait pu lui valoir une exclusion... Mais la Jules de l'époque réglait ses comptes elle-même. Enfin, avec ses amis de la PBL... Et Alcide n'avait pas manqué se venger depuis. Il se reconnecta alors à la réalité. Si il restait silencieux plus longtemps, cela allait devenir vraiment très louche. « Est-ce que... Tu veux que je te parle de l'ancienne toi ? » Proposa-t-il alors dans un souffle. C'était la première chose qui lui était venue à l'esprit. Il ne lui avait jamais suggéré avant une telle chose, ne souhaitant pas lui mentir et craignant fortement que les révélations qu'il avait à lui faire l'éloigne de lui à tout jamais. Son coeur termina de s'emballer. De son côté, Jules n'avait jamais fait non plus de pas dans cette direction, et il s'était conforté dans l'idée qu'elle ne voulait sûrement rien savoir... Peut être à tort, cependant, car c'était ce qu'il voulait croire. Il se surprit à prier à nouveau. A cet instant, il ne souhaitait qu'une chose : que ce soit encore le cas, et qu'à terme, ils oublient tous les deux cet incident et surtout, n'en reparlent jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules EmptyMar 17 Juin - 14:50

Invité

ACCIO PROFIL


Invité

Etait-ce un souvenir ? C’était la question qui ma taraudait et qui allait finir par m’obséder. Je pourrais sans doute aller voir Callie dès le lendemain pour qu’elle vérifie mon dossier, savoir si elle avait la cause de ma blessure à l’épaule (si cette vision était exacte, cela avait du se produire à Poudlard). Il avait semblé tellement réel que j’en étais bouleversée. Ce n’était peut-être rien, ce n’était sans doute rien d’ailleurs. Blottie contre Tim, je calmais lentement ma respiration, la calquant sur la sienne … qui n’était pas si posée que cela. Peut-être était-ce le sujet. Peut-être s’impatientait-il … Je n’étais pas très explicite et il avait sans doute envie de retourner dormir. Même s’il ne se montrait jamais impatient avec moi, j’abusais de mes privilèges en me posant contre lui, je le savais. Mais j’en avais besoin et j’espérais qu’il me le pardonne. Le fait qu’il me dérobe sa main me fit fermer les yeux, me confirmant ce que je pensais déjà .. jusqu’à ce que ses doigts effleurent mon épaule. Le contact me fit tressaillir, mes iris retrouvant immédiatement les flammes. Venais-je de le rêver ? Ils vinrent cueillir une de mes mèches pour les remettre derrière mon oreille. Je m’étais mise en trembler. La tendresse de son geste était immense mais … Je ne parvenais plus à réfléchir. J’avais rêvé cet effleurement. Je pensais à ma cicatrice, j’avais fait l’amalgame, simplement. Il n’avait pas pu avoir ce geste réflexe, il ne savait pas où elle se trouvait. Il voulait juste toucher mes cheveux, essayer de me réconforter. C’était un accident, ou même juste une projection de mon esprit.

Les sens soudain en alerte, je sentis les rouages de mon cerveau tourner à tout allure. Je n’étais plus du tout apaisée. Un vent de panique latent s’était mis à souffler, menaçant de me faire chavirer. Je m’en voulais d’être aussi émotive, c’était tout à fait récent, mais je sortais d’un cauchemar, je n’y pouvais rien… Par réflexe, mes doigts se tendirent pour le toucher de nouveau, retrouver sa main … qui se crispa. Soudain nerveuse, je baissai les yeux vers son poignet pour y voir la balafre que j’avais déjà notée auparavant, sans m’y attarder. Mon coeur cessa de battre un instant. Se pourrait-il que … non, bien sûr que non. Il était simplement tendu et sans doute encore endormi, tout comme je l’étais. J’étais tellement désireuse de recoller les morceaux avec celle que j’étais que je me mettais à élaborer des hypothèses stupides. C’était ridicule. Il était là, contre moi, il fallait juste que j’arrête tout cela, que je me blottisse dans ses bras, qu’il me dise que cela irait, que je remonte me coucher et demain, nous pourrions rire ensemble de ce tour que m’avait joué mon esprit. Ou j’en rirais seule. Mais rien ne cadrait, c’était impossible. Est-ce que... Tu veux que je te parle de l'ancienne toi ? Sauf sa voix, brisant le silence qui s’était installée entre nous. Silence désagréable et chargé de questions qui me paniquaient. Mais bien moins que le sienne.

Je m’étais raidie, je le sentais. Chaque muscle était crispé. Je ne voulais pas y penser, je ne voulais pas que ce soit vrai. Je voulais me réveiller, maintenant. Cette scène était irréelle. Il fallait y mettre fin. Est-ce vraiment une bonne idée ? Ma voix était rauque et les mots m’avaient échappé. Je n’étais pas sûre de vouloir qu’il continue. Je voulais qu’il me prenne dans ses bras et me dise que ce n’était pas important, que j’étais en sécurité et que je pouvais lui faire confiance. Doux espoir. Je ne pouvais plus me détendre. Ce n’était qu’un malentendu. Il le fallait. J’aurais dû, je le savais, me détacher de lui, m’asseoir face à lui, le regarder dans les yeux et lui demander de le faire. Mais j’avais peur. Je n’étais Gryffondor que depuis un an. Je n’avais pas manqué de courage depuis mais pour cette fois, je ne voulais pas être brave. Est-ce que tu as vraiment envie de le faire ? On ne l’avait jamais fait, et ce statu quo était étrange. Par certains regards et connaissant celle que j’étais, je savais que cette association était inattendue. Mais je n’en savais pas plus, je n’avais jamais cherché. Ce n’était pas « naturel ». Mais j’avais besoin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Message(ϟϟ) Sujet: Re: Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Where my demons hide ϟ Timothy & Jules Empty


ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
 

Where my demons hide ϟ Timothy & Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dragomir ▽ IT'S WHERE MY DEMONS HIDE
» JOSH ✈ look into my eyes it's where my demons hide
» [UPTOBOX] Le Corbillard de Jules [DVDRiP]
» Demons 2
» Everbody's got a secret to hide. | Phoe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Relashio :: Administration :: Les Archives :: Version 1 :: [V1] Archives RP-